lundi 9 mars 2009

Pour tout vous dire

Dure semaine, que dis-je, dures semaines pour nous, celles qui nous venons de passer. Je ne voulais pas en parler à ce moment là. La douleur était là, vive, omniprésente. Le nœud au ventre, à la gorge, oppressant. Les larmes comme évanouies, pouf, impossible de les faire couler. Pour finalement les retrouver, mardi, bien là, qui coulaient sur mon visage, essuyant avec, cette douleur, ce nœud.

Mon mari s’est fait opéré d’un méningiome mardi dernier. Ca faisait un moment qu’il souffrait de grosses migraines, faiblesses dans les genoux et d’autres symptômes. Après un IRM où l’on voyait distinctement cette tumeur de 4cm, le service de neurochirurgie à la Pitié nous livre le verdict : hospitalisation de suite et opération dans les 5 jours. C’était mercredi, j’étais coincée à la maison avec ma puce ‘’ varicelleuse’’. Je reçois le coup de fil de mon mari de l’hôpital. Il m’annonce qu’il ne veut pas se faire hospitaliser le soir même. Qu’il préfère passer la nuit à la maison, préparer ses affaires, nous dire au revoir, partir au boulot, les informer, laisser les consignes, déléguer les projets avant de se faire hospitaliser. Sa maman, de retour d’un voyage en passage à Paris, a pu donc venir dès le dimanche. Son papa est arrivé le lendemain. Juste à temps pour son opération le mardi.

Il fallait être forte. Forte pour mon mari, forte pour la petite, forte pour la famille. Je n’avais pas le droit de me plaindre ou d’imaginer le pire. Pourtant, le pire je l’ai imaginé. C’était dur, très dur d’empêcher mon imagination de vagabonder. D’empêcher les si. D’empêcher les visions cauchemardesques. Et personne avec qui partager. J’ai essayé d’en parler aux amies mais elles même effrayées, refusaient d’entendre cela, essayant de me rassurer alors que je n’avais qu’une envie, raconter les scénarios noirs qui hantaient mon esprit dans une tentative désespérée de mettre au repos mon esprit vagabond.

Mardi le jour de l’opération. Ca a commence à 8h du matin pour finir à 16h30. De longues heures d’attente. Des prières silencieuses. La petite avait retrouvé le chemin de la nounou. Impossible de la garder avec moi, même si j’avais pris une autre semaine de congé. On nous a dit d’appeler la salle de réveil pour avoir des nouvelles de l’opération. Je n’ai pas pu. J’avais besoin de me déplacer. Comme si ça me donnait l’illusion de faire quelque chose, de contribuer à la réussite de l’opération. Car oui, l’opération s’est bien passée. Sans séquelles ni complications. Maintenant il faut attendre les analyses pour déterminer la nature exacte de ce méningiome. Mettre en place la suite du traitement.

Aujourd’hui, ca fait une semaine que mon mari s’est fait opéré. Il a retrouvé sa voix, son sourire, son optimisme. Il reste un peu fatigué et dort mal, très mal : on ne croirait pas mais on dort très mal dans les hôpitaux : bruit incessant, valse des infirmiers pour administrer les soins avec en prime un voisin qui ronfle ! Il sort demain, rejoint notre home, sweet home. Sa place dans le lit : il dort à ma droite. Je n’ai pas osé m’étaler sur le lit pendant son absence, prenant soin de bien garder son oreiller à sa place et surtout de ne pas succomber à la tentation de dormir avec ma petite dans le lit.

D’ailleurs, c’est la petite qui va être contente. Ces derniers jours, elle réclamait son papa sans cesse et surtout, dès qu’elle entendait la porte d’entrée s’ouvrir, elle se tournait vers la porte en disant « babba ? babba ? » (pour papa). On a réussi à l’emmener trois fois voir son papa à l’hôpital. Elle dormait du coup mieux la nuit. Sans se réveiller.

18 commentaires:

  1. J'imagine combien cela a du être difficile... et combien tu dois tenir "par les nerfs"....

    RépondreSupprimer
  2. oh lala! ma pauvre!
    bon maintenant c'est passé, tant mieux que ton mari sorte bientot et aille bien mieux!
    bon courage a toi, n'hesite pas a envoyer un petit mail si le moral n'est pas là.
    je pense fort a vous trois!
    bisous!

    RépondreSupprimer
  3. Salut,
    je ne pouvais pas passer sur cet article sans laisser un petit mot d'encouragement... je me doute combien tout cela doit être lourd à supporter... je n'ose moi-m pas imaginer qu'il puisse arriver qqch à mon chéri...
    en tt cas, je t'envoie plein de pensées positives, de courage et d'espoir... visiblement ton mari s'en remet bien, c'est surement bon signe...
    pr les nuits à l'hopital, je confirme, on dort trés mal, ... il faut toujours prévoir les bouchons d'oreille... je parle par expérience...
    allez bise et surtout plein de courage... je suis sûre que ce sera bientot qu'un lointoin mauvais souvenir...
    a+

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, la semaine n'a pas du être de tout repos ni très gaie. Je vous souhaite à tous un bon dénouement à cette histoire.
    Biz

    RépondreSupprimer
  5. Quelle épreuve vous avez du traverser !?
    Tu aurais du en parler, ça fait toujours du bien, même par mail .
    Je souhaite de tout coeur que ton mari se rétablisse vite .

    RépondreSupprimer
  6. Et bien que d'émotions!
    J'espère que tout le monde se remet, pas facile des épreuves comme ça.
    Bon courage et des bisous.

    RépondreSupprimer
  7. Mince alors...fallait pas tout garder pour toi comme ça.
    J'espère que tout va bien se passer pour la suite et que les résultats des analyses vont être bons et que le traitement ne sera pas trop lourd, ni trop long.
    Beaucoup beaucoup de courage et n'hésites vraiment pas. Je pense à toi.

    RépondreSupprimer
  8. Oh ma pauvre, quelles semaines ! Ton mari se remet bien, tant mieux, j'espère que les résultats d'analyse seront bons.
    Bon courage,
    Bisous

    RépondreSupprimer
  9. je te souhaite bon courage!!! et bon rétablissement à ton homme !

    RépondreSupprimer
  10. Je suis d'accord avec Evy, t'aurais du lacher le morceau, les mettre sur le blog tes idées noires, ça t'aurais au moins permis de ne pas trop laisser monter la pression...C'est l'horreur quand un des siens passe sur le billard, même si ce n'est que pour une opération bégnine, on imagine tout en noir, surtout quand des examens suivent cette fameuse opération et qu'il faut attendre les résultats...cette épée de Damoclès qu'on a sur la tête...c'est dur...surtout quand on soupconne la possibilité d'un cancer...j'ai connu pour ma mère, ma fille et pour moi...on ne se connait pas mais si tu as besoin de parler tu peux m'envoyer un mail par mon blog...
    Courage, il faut tenir bon...la vie ne s'arrete pas encore...

    RépondreSupprimer
  11. C'est rassurant que l'opération se soit bien passée, mais quelle inquiétude !
    Je comprends et j'ai vécu l'entourage qui ne sait pas quoi dire voire refuse d'en parler quand on avait eu une galère d'un autre genre, ou les "je t'avais pas appelé, je pensais que t'avais pas envie d'en parler" 6 mois après...Mais si je voulais bien être bousculée justement pour en parler figure-toi chère amie !

    Bon courage à toute la famille.

    RépondreSupprimer
  12. Mince alors . Saloperie de truc !
    Contente qu'il est été exterminé .
    Nous nous connaissons très peu Oum, et je n'ose pas imaginer comme ce doit être angoissant .
    Je crois que moi non plus je n'aurais pas été capable d'en parler . Tu dois être une fontaine à larmes . On dit qu'il fautque ça sorte .
    C'est fini, maintenant . Du repos, et des projets pour plus tard . Regarder devant .
    Très bon rétablissement à ton mari .

    RépondreSupprimer
  13. Je découvre ton mot avec presque une semaine de retard, désolée, pas assidue en ce moment. Je ne peux que te soutenir, t'encourager, t'envoyer de bonnes ondes. Le grand-père de mes enfants a eu une chose très similaire, bon, pas au même âge, mais aujourd'hui il va bien.
    Tu avais complètement le droit d'avoir des idées noires, d'être en colère, de pleurer et de réfléchir intensément à tout ça... c'est normal ! Peut-être que l'écriture peut aider (pas forcément sur le blog mais juste sur... une feuille !)
    En tout cas, bon courage à vous trois, et plein de bonnes choses à venir j'en suis sûre. Profitez bien du bonheur d'être ensembles à nouveau.

    RépondreSupprimer
  14. Hé bien tu m'as donné de gros frissons! Je suis contente de lire que finalement l'opération s'est bien passée...
    Je n'imagine même pas le stress que tu as du subir, ça devait être très dur...

    J'espère pour vous que les résultats seront bons et le traitement pas trop lourd...

    Bon courage pour la suite ;)

    RépondreSupprimer
  15. J espère que cela va de mieux en mieux... Mille bises à vous.

    RépondreSupprimer
  16. J'arrive bien après ce passage difficile, et je m'en excuse, Oum. Je suis heureuse de lire que tout s'est bien passé. Je comprends ton angoisse... et ton envie de tout garder pour toi. Des fois, quand ça va mal, on préfère être tranquille. Les petits mots des autres semblent alors trop durs à entendre et on préfère prendre le large...
    Je vous embrasse tous les 3...

    RépondreSupprimer
  17. A ne plus avoir le temps de lire mes blogs ces derniers temps, j'ai raté une occasion d'être là et d'y aller de mon petit mot de réconfort. J'espère que maintenant vraiment ça va aller mieux, je suis de tout coeur avec toi. en espérant que tu pourras les prendres tes vacances dont tu rêves, un peu d'évasion avec ton Homme voilà une chose qui serait chouette :) Plein de douces pensées encourageantes pour la suite :)

    RépondreSupprimer

Mon blog se nourrit de vos commentaires ! Merci :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 
Design by Small Bird Studios | All Rights Reserved