dimanche 24 avril 2016

Voyage en Polynésie : que faire à Tahiti?



Voici un voyage dont on se souviendra toute notre vie. Un voyage dont on a parlé longtemps, tellement longtemps que ma fille n'en pouvait plus de savoir quand on allait enfin partir en Polynésie ! Il faut dire que ce n'était pas simplement un voyage de tourisme mais aussi un retour aux sources pour MMM et la découverte, pour Mademoiselle, de tout une partie de sa famille paternelle jusqu'alors inconnue. Elle a même eu la chance de rencontrer son arrière grand mère ! Si ce n'est pas un souvenir indélébile...

Nous sommes donc partis 3 semaines en février/mars et nous avons visité 4 îles: Tahiti, Fakarava - un petit atoll de quelques kms et 800 habitants - , Bora Bora - que l'on ne présente plus - et Moorea - ou le lézard jaune en Tahitien. 3 semaines de découvertes, de soleil tous les jours ou presque, d'eau cristalline, de jus d'Ananas fraîchement ceuilli et pressé, de dîners en famille, de piqûres de moustiques, de farniente et de béatitude.

Ces différentes îles égarées au milieu du Pacifique méritent à elles seules des billets à part entière ... en attendant, voici une petite liste des choses qu'on a pu faire - et que je vous recommande à Tahiti :

- Faire le plein de paréos et de souvenirs au marché de Papeete

Dire qu'on était jet-laggué le premier jour est un euphemisme ! On a donc choisi de démarrer doucement cette journée, surtout qu'il pleuvait (!!) et que M.Hollande était en voyage officiel sur l'île. Direction le marché de Papeete, joliment décoré, avec les stands de produits locaux, de l'artisanat et de l'animation. On y trouve toutes sortes de fruits et de légumes, des connus et moins connus (pour moi), des fruits de mer et des langoustes, des épices et des racines  ... et puis à l'étage supérieur des paréos, des robes bustiers, des perles et plein de souvenirs.

- Faire un baptême de plongée dans le lagon

Je n'avais pas pu attendre longtemps avant d'évoquer cette première expérience de baptême de plongée en famille car ce fut l'un des meilleurs souvenirs de ce voyage. Donc pour en savoir plus, c'est ici que ça se passe : http://unblogunemaman.blogspot.com/2016/03/bapteme-de-plongee-famille-tahiti.html

- Assister à un spectacle de danse tahitien

Si on devait un jour revenir à Tahiti, on essayera de le faire un mois de Juillet pour assister à la Heiva, une manifestation culturelle et sportive où les Polynésiens des différentes îles participent à des concours, notamment pour élire le meilleur groupe de danse.

Et c'est à l'Intercontinental de Tahiti (Beach Comber) que nous avons assisté à un dîner-spectacle de danse animé par la troupe de danse ayant gagné l'édition 2015 de la Heiva. Inspiré du Lac des Cygnes, le spectacle fut un moment très chouette et très animé avec de très jolies danses, des coiffures et costumes impressionnants et un groupe de musciens accompagnant la troupe en direct. A faire absolument !

- Visiter les nombreuses plages de l'île

Un des avantages, et non des moindres, de vivre sur une île comme Tahiti, est d'être entourée de plages ! Même si Tahiti reste une ville de plus en plus urbanisée, et qu'on a parfois du mal à trouver une plage à proximité, il suffit de prendre la voiture et de s'aventurer un peu, surtout sur la côte Ouest de l'île. On trouve des plages de sable noir comme à la Pointe de Venus ou encore à Papara mais aussi des plages de sable blanc et surtout, l'eau du lagon reste délicieuse et propice à la baignade, au paddle, au kayak et même au surf par endroits !

Mademoiselle s'est régalée avec ces plages en abondance, et a profité, à plusieurs reprises, de baignages au coucher du soleil, avec Moorea, l'île soeur de Tahiti, en toile de fond.

- Se laisser surprendre au Trou du souffleur

Il y a un endroit creusé dans la roche, une espèce de grotte sous marine ou de lavatube dans laquelle s'engouffrent des vagues les jours de forte houle et font jaillir, en bord de la route, de l'eau qui provoque un souffle très bruyant ! J'ai eu beaucoup de mal à prendre une photo de ce moment précis mais je peux vous dire qu'on avait pas trop envie de s'en approcher ... C'est vraiment impressionnant.

La légende voudrait que là également se trouve Teruaporea, une grotte où les guerriers jetaient les corps sans vie de leurs ennemis. Pas très accueillant tout ça ...

A proxmitié, on peut apercevoir les  locaux qui pêchent et les surfeurs qui attendent la bonne vague.

- Boire un cocktail au Méridien et admirer le coucher du soileil

Encore un moment de détente très sympathique avec de bons cocktails rafraîchissants, en fin de journée, tout en admirant le coucher de soleil. On a même eu le droit au Happy Hour en se pointant à 18h.

- Découvrir les légendes Polynésiennes au Musée de Tahiti

A notre plus grand regret, le musée Paul Gauguin était en rénovation. Qu'à cela ne tienne, direction le Musée de Tahiti et des Îles à la pointe des Pêcheurs à Punaauia. Il dispose d'une belle collection variée du patrimoine Polynésien, on apprend plein de choses sur la culture, l'histoire des îles et des Polynésiens. Mention spéciale pour la section dédiée au tatouage !

- Visiter le Marae Arahurahu à Paea et la Grotte de Maraa à Papara

Deux belles visites en plein air à faire ! La première est celle de Marae Arahurahu, l'un des plus beaux de Tahiti. Le Marae est un lieu de culte sacré, de rituels de méditation et de communion, réservé aux cérémonies et aux manifestations sociales et religieuses. Il est d'ailleurs strictement interdit de monter dessus - au risque d'une forte amende et d'une vengeance de divinités ou d'esprits polynésiens.  Selon le site Tahiti Héritage : " Autrefois, sur ce marae [ ... ] se déroula un terrible combat entre les héros des rois Tu-Mata-ira et Tutu-Ai-Aro. La bataille fut rude et dura jusqu’au coucher du soleil".

Un peu plus loin - enfin, 20mn en voiture tout de même, se trouve la grotte de Maraa à Papara sur le Côté Ouest de l'Île. Aucune difficulté pour y accéder. On gare la voiture, on traverse la route et nous voilà. La grotte se trouve sous une falaise avec des toutes petites cascades qui rafraîchissent bien le coin. La végétation est assez dense laissant peu de lumière pénétrer ce qui donne à l'endroit une impression de forêt Amazonienne.

Je conseille de faire cette visite si on se rend dans le coin, notamment si on a décidé de passer la journée à la presqu'île de Tairarapu car, finalement, on a très vite fait le tour de la Grotte et les alentours.

- Visiter la presqu'île de Taiarapu et monter jusqu'au Belvédère de Taravao ... 

La presqu'île de Taiarapu est un endroit qui vaut vraiment le déplacement ! Séparée de la grande île, Tahiti Nui,  par l’isthme de Taravao, Taiarapu est plus sauvage et plus calme que son aînée. Même les Tahitiens aiment s'y rendre pour se changer les idées.

Pour vraiment s'en prendre plein les yeux, rdv au Belvédère de Taravao en traversant un coin vert comme la Normandie avec ses terres agricoles et ses belles vaches broutant tranquillement de l'herbe. Arrivés au Belvédère, on découvre un coin pique-nique aménagé et surtout, une vue splendide panoramique de Tahiti, l'isthme et la presqu'île. N'oubliez dons surtout pas de prendre avec vous une glacière bien garnie, vous me remercierez !

- ... Et en profiter pour faire un tour à Teahupoo

On redescend des plateaux de Taravao pour faire un tour à la mythique vague de Teahupoo, connu des surfeurs dignes de ce nom. On traverse des villages, on rencontre des vendeurs de Noix de Coco ou de Uru sur le bord de la route, on s'émerveille devant cette nature luxuriante omniprésente et le lagon au bleu si caractérisitque de l'île  ... et on arrive au PK 0  - ou le point kilométrique zéro de l'île.

Tous les ans, au mois d'Août, Teahupoo se transforme en compétition internationale de Surf sous les couleurs de Billabong. Ce spot offre des vagues les plus larges et les plus épaisses du monde. Avec le fond coralien qui est à quelques dizaines de cm de la surface, le coin peut devenir vite dangereux mais peut offrir en contrepartie des compétitions spectaculaires:
" [... ] comme en août 2000, lorsque Laird Hamilton chevaucha une vague titanesque (15,07 m) et passa dans un tube de la dimension d'un hangar" (référence).

- Se promener le long de la marina et manger dans une roulotte place Vaiete

Pour vraiment se sentir Tahitien, ne serait-ce que pour une soirée, direction la marina pour une belle promenade en fin de journée. On croise ceux qui font la navette et prennent le ferry pour rejoindre Moorea pour la nuit, ceux qui font leur jogging ou leur marche, des touristes et des locaux. On assiste à une place Vaiete qui prend vie et anime une Tahiti autrement calme le soir. Une vingtaine de roulottes viennent s'installer pour la soirée et offre un choix varié de plats bon marché. 

Pour digérer le tout, on pousse la promenade jusqu'au jardin de Paofai où deux belles aires de jeux pour enfant attendent les familles, de quoi envoyer les enfants très vite dans les bras de Morphée ...































 

vendredi 1 avril 2016

Un premier avril sans saveur.


Il m’est arrivé quelque chose de magique pendant nos  3 semaines de vacances en Polynésie : j’étais complétement déconnectée.  Je n’avais pas ou alors que peu de connexion internet, juste suffisamment pour pouvoir poster une à deux photos par jour, et encore …

On ne regardait pas la télé, ou alors on ne regardait que la section météo pour  avoir des nouvelles de la « dépression » qui menaçait les Îles du vent et qui pouvait altérer notre programme de visite de la Polynésie. Je ne suivais pas ou peu les médias sociaux, ne lisais pas les journaux et ne me laissais donc pas envahir, agresser, par toutes les horribles choses qui se passent partout dans le monde. J'étais dans une petite bulle.



Et puis  comme toute chose à une fin, surtout les bonnes choses, retour à la vie normale. Et retour à ma réalité de privilégiée. En bonne santé, bien entourée, avec un travail, une famille et des amis qui m’aiment. Avec un accès à l’eau potable, à l’électricité, à Internet et même Netflix depuis peu (pas mais pas encore la nouvelle saison de House of Cards !!!!). Je peux sortir, m’amuser, faire des projets d’escapades et de voyages, et même avoir des rêves à nourrir et à caresser.

Mais la réalité de ce qui se passe ailleurs me rattrape à tous les moments de la journée.

Des fous qui se prétendent musulmans et qui se font exploser sans discernement, emportant avec eux grands et petits, pour je ne sais quel projet idéologique ou récompense céleste fumeuse. Afghanistan, Nigeria, Turquie, Belgique, France, Irak, Libye, Tunisie, Indonésie, Pakistan, Syrie, Irak, Mali, Côte d’Ivoire et j’en oublie certainement d’autres.  Des pays meurtris, des familles déchirées, des populations apeurées, tristes, en colère…

Des pays en guerre, avec comme victimes des innocents, encore et toujours, qui n’ont plus  le privilège, comme moi, comme toi, d’avoir des projets et de caresser des rêves, si ce n’est celui de survivre chaque jour à la fois. Des petits et des grands, qui n’ont rien demandé à personne. Qui se sont réveillés un jour, moche, pour ne plus trouver de toit sur leurs têtes. Ces gens, ça aurait pu être moi, toi. La seule chance qu’on a, est celle d’être né ailleurs. Donc aucun mérite. De la chance, tout simplement.

Des pays qui se déchirent avec des mots, des gestes, qui montent les uns contre les autres. Des pays démocratiques, qui aiment donner l’exemple mais qui oublient de balayer devant leurs portes. Des ministres qui ne pèsent pas le poids de leurs mots et font des comparaisons foireuses, des élus qui alimentent le feu et brandissent un doigt accusateur vers des personnes, comme moi, comme toi, qui n’ont rien demandé à personne et qui veulent bien aussi continuer à caresser leurs rêves, sans avoir peur de discriminations, voire d’agressions dans une allée mal éclairée.

On se focalise sur les intentions cachées derrière un bout de tissu sur la tête, on chipote sur la longueur d’une jupe et la largeur d’une robe. On confond, on met tout le monde dans le même sac.
On oublie les vrais problèmes, le manque d’espoir chez les jeunes, les toxicités qui nourrissent nos corps, nos cœurs et nos âmes. On regarde arriver la haine et le racisme qui galopent, cheveux dans le vent,  mais dans la main et qui s’installent tranquillement, sans que ça dérange grand monde.

Aujourd’hui c’est le 1er Avril. Et je n’ai pas le cœur à la légèreté. Ma raison me dit d’arrêter de lire les journaux,  de suivre les médias sociaux mais mon cœur n’est pas dupe. La souffrance est là, la tristesse et la colère aussi. Ainsi que la haine et l’hypocrisie.  Et ce n’est pas en se coupant du monde, que sa détresse dispaîtra.

jeudi 24 mars 2016

Mon baptême de plongée.

Si vous me suivez sur les médias sociaux, vous avez alors très probablement remarqué que nous sommes partis 3 semaines en Polynésie. J’en reviens avec des images plein les yeux, le cœur et l’appareil photo et je vous en parlerai certainement dans les mois semaines qui viennent. Mais de ce voyage en Polynésie, je retiens aussi cette première fois où j’ai fait de la plongée !


Ce baptême de plongée, on l’a fait en famille : MMM, Mademoiselle et moi. Et pourtant, ce n’est pas une idée que j’avais en tête avant d’arriver sur place. C’est en regardant Mademoiselle si à l’aise dans l’eau, à nager à proximité des raies pastenagues et des requins pointes noir, à faire du snorkelling comme si elle en avait fait toute sa vie que j’ai décidé qu’il était temps de passer à l’étape suivante.

RDV pris, nous voilà un mardi matin au centre de Plongée Eleuthère dans la baie de Punaauia à Tahiti. J’arrive confiante, motivée. Mademoiselle, quant à elle, ne tenait plus en place ! C’est quand on a commencé à enfiler les tenues que j’ai senti le stress monter d’un cran et que je me suis demandée ce que je foutais dans ce centre de plongée. Je prends mon courage à demain et je monte dans le bateau qui nous emmènera plus loin dans le lagon, à quelques mètres du récif de corail. Le stress monte encore plus. J’ai carrément les larmes aux yeux et je n’ai qu’une envie : ne pas plonger. 

Un des moniteurs commence à expliquer le déroulement de la séance et à décrire un site à proximité, celui des « épaves » très connu à Tahiti. On y retrouve 3 épaves : celle d’un bateau, d’un avion et d’un autre bateau à une vigntaines de mètres sous l'eau. A peine mon cerveau à le temps d’enregistrer cette profondeur de 20 mètres que je me mets en mode panique : fou rire mélangé à une crise de larmes. Un seul mot peut qualifier ce moment : pathétique ! Oui car c’est ma fille de même pas 8 ans qui a essayé de me calmer et me rassurer et surtout, ce site était à découvrir par les autres plongeurs avec nous dans le bateau, et non par nous, petits débutants.

Je réussis à me calmer et à me dire, fichtre, je ne vais tout de même me taper la honte devant ma fille – même si MMM m’a bien dit que rien ne m’obligeait de plonger si je ne le voulais pas. Je prends mon courage à 2 mains et 2 pieds, tout en pensant aux euros déjà dépensés et que je ne reverrais plus jamais. J’enfile ma bouteille d’oxygène, je mémorise les gestes nécessaires et plonge, tête en arrière dans l’eau.

Pour le baptême de plongée, nous avions un moniteur chacun. Je pouvais donc me concentrer sur moi tout en étant rassurée que Mademoiselle était entre de bonnes mains. La première immersion sous l’eau fut vite écourtée. J’étais encore en mode panique et je n’arrivais pas à respirer avec la bouteille. J’ai même bu la tasse, et pas qu'une fois. Pendant ce temps-là, je voyais ma fille et mon mari, chacun avec son moniteur, faire leur découverte sous-marine, tranquillement, palmes in the nose. Il m’a fallu un peu de temps mais j’ai fini par me relaxer, me laisser aller … sans jamais lâcher la main de moniteur (il ne faut pas exagérer non plus).

Et puis le déclic ! J'ai commencé à apprécier cette plongée et admirer, sans paniquer, les merveilles qu’offrent un tel site : des poissons clowns, des anémones, des bénitiers, des balistes, des poissons chirurgiens, des poissons papillons et autres espèces toutes en couleurs que je ne saurais nommer. Quelques poissons nous frôlent doucement, on caresse les coraux et même le fond sablonneux de la lagune et on ne sent plus le temps passer. Par moments, je vois Mademoiselle qui est comme un petit poisson dans l’eau et mon cœur de maman se gonfle de fierté. Quant à MMM, j’ai failli le confondre avec son moniteur tellement il était à l’aise dans l’eau.

Ce baptême de plongée m’a fait aimer encore plus la mer (ou dans ce cas l’océan) et la vie, l’agitation qu’elle abrite en son sein et qu’on ne soupçonne pas en dehors. Je ne sais pas si j’oserai une plongée plus avancée mais je n'ai qu'une hâte, refaire des « baptêmes » en famille  ...

jeudi 11 février 2016

{Vis} Ma Vie de Freelance ... mes voeux pour 2016

Je vous vois venir de loin: mais on est en Février ! Présenter ses voeux n'est plus vraiment d'actualité. C'est correct et vous avez tout à fait raison. Mais, car il y a toujours un mais, il s'agit ici d'une série de cartes de voeux sur laquelle j'ai planchée avec la talentueuse Boudu, aka Edith, pour mes clients et j'attendais que tout le monde ait reçu sa carte avant de vous en parler.

L'histoire commence ainsi. Je rencontre Edith au détour d'une conversation sur Twitter cherchant un(e) graphiste pour refaire ce blog ... de fil en aiguille, le projet de refonte du blog est mis en standby mais je fais appel à Edith pour une première série de cartes de voeux en 2015 pour mes clients. Surfant sur la vague du Keep Calm et la personnalisant à la sauce Insight Story - le nom de ma petite boîte - avec des idées de résolutions à tenir, mes clients adorés recoivent chacun une carte qui remporte beaucoup de succès. En visite dans leurs locaux, il m'arrive d'en apercevoir encore accrochée dans leurs bureaux.

Fast Forward fin 2015 et une nouvelle idée en tête de séries de carte de voeux. Je reprends contact avec Boudu/Edith et au fil de nos échanges, elle me lance : "On fait de la photo ? Avec l'une des tiennes par exemple si tu as une photo chouchou, ce serait une chouette idée !".
Il ne me fallait pas plus pour reprendre mes idées à zéro, plancher sur de nouveaux textes, faire une sélection de photos prises ici et là, au fil de mes voyages au Maroc et ailleurs.

Le résultat?
5 cartes avec de la couleur et de l'évasion.
5 cartes avec des mots sincères et des projets de résolutions.
5 cartes avec un petit bout de  moi-même.

Merci Edith ❤ C'est toujours un vrai plaisir de travailler avec toi.
Et vivement 2017: j'ai déjà ma petite idée en tête !






lundi 8 février 2016

Voyager 15 jours en Norvège et en Suède

Cet été, nous avons passé 15 jours, Monsieur Mon Mari, Mademoiselle et moi, à découvrir Oslo, Bergen, Stockholm, et les fjords majestueux de la Norvège. Depuis, je cherche le temps, sans vraiment le trouver, pour parler de notre périple et partager quelques photos et des adresses futiles, utiles ou les deux à la fois. Dans un excès d'optimisme, j'ai réussi  à faire un premier billet avec quelques adresses déco à Oslo, Bergen et Stockholm ...  et puis plus rien.






Pourtant, j'en ai des choses à dire et à raconter ! Ce voyage était par exemple un des plus difficiles à préparer et l'itinéraire a été revu à plusieurs reprises.

On savait qu'on voulait visiter les fjords, tant vus et revus à la télévision, ainsi qu'Oslo - une ville que je rêvais de voir après avoir visité Copenhague et Göteburg il y a quelques années. C'était donc nos 2 points de repère autour desquels on allait tout organiser. On s'est dit tant qu'on y est, pourquoi pas en profiter pour se refaire un roadtrip et aller vers le Nord du côté de Lofoten ou encore Tromsø (on a attrapé le virus depuis notre voyage en Californie et en Bretagne) !



 Mais le pays est très étiré - 2000 km de côte -, les routes sont très étroites et passent souvent par les montagnes ce qui limite le nombre de km/h possible à faire et allonge considérablement le temps des trajets. L'alternative ferry ou train n'étant pas plus rapide, et par avion c'était tellement cher qu'on a préféré passer du temps en Suède: le billet Bergen - Stockholm était  significativement plus accessible !



Autre difficulté: les noms impronoçables des régions et des fjords ! Mine de rien, cela m'a posé un sérieux problème pour chercher sur internet ou dans les guides. Il fallait bien m'assurer à chaque fois de ne pas m'être trompée et que je n'organisais pas un périple en zigzag. Ce qui rend les choses encore plus compliquées, c'est l'infinie possibilités pour organiser la visite des fjords. On a fini par choisir le NiN (Norway in a Nutshell) ... qui mérite à lui seul un billet à part.




Et puis la Norvège a la réputation d'être un pays où la vie est chère - réputation par ailleurs tout à fait justifiée et confirmée !  Il fallait donc maximiser son budget mais sans pour autant enlever le plaisir du voyage. Comparer les différents moyens de transport, identifier les bons quartiers pour la location d'appartements (3 !), bien choisir les étapes pour la visite des fjords ainsi que l'acheminement (NiN !) et l'hôtel ...  Bref, avec 15 jours sur place, il fallait se préparer un minimum pour éviter la ruine ou presque....



Bon alors, ce voyage, il était comment finalement? Un mot: sublime !

Les fjords étaient encore plus spectaculaires que ce qu'on pouvait imaginer: on est saisi par l'état brut et sauvage de la nature. C'est beau, immense et si calme. On n'entendait que le bruit du moteur du ferry ou bateau qui longeait les falaises et les glaciers. Par moments, on peut voir au loin une petite cabane, totalement isolée, aux couleurs vives, mais sans route apparente pour y arriver. Les lacs donnent l'impression d'étendues infinies et on  regrette de ne pas avoir plus de temps pour se perdre au milieu des falaises et des montagnes.



Et que dire d'Oslo, Bergen ou encore Stockholm? 3 villes si différentes mais avec tellement de charme. L'architecture, la cuisine, les parcs, les musées ... On peut facilement passer toutes ses vacances dans chacune de ses villes et leurs alentours et ne pas avoir fait le tour. En plus ces villes (et les pays scandinaves de façon générale) sont très kid friendly ce qui ne gâche absolument rien au voyage, bien au contraire !



Bon vous l'aurez compris, on a beaucoup aimé notre voyage. Je me replonge avec plaisir dans les photos pour retrouver les souvenirs  et les sensations ...

D'ailleurs, si je ferme les yeux et me concentre suffisamment longtemps, je peux presque entendre le bruit du ferry, humer l'air frais du fjord et m'en prendre encore plein les mirettes ...






























lundi 4 janvier 2016

Oslo, Bergen & Stockholm | Mes adresses déco

Ca y est, 2016 est bel et bien là. De mon côté, pas vraiment de résolutions mais la promesse d'être un peu plus présente sur ce blog. Et quoi de mieux qu'un billet regroupant voyage et design, deux de mes sujets favoris, pour entamer cette nouvelle année?

Cet été, nous avons donc été en Norvège, puis en Suède. En Norvège, nous avons traversé le pays, d'Est en Ouest, d'Oslo à Bergen, et avons pu visiter les fjords si majestueux de ce pays. En Suède, c'était surtout pour passer quelques jours à Stockholm, une ville que nous avons toujours voulu visiter.

De ce voyage, j'ai tellement de choses à raconter et à montrer mais je vais commencer par partager mes petites adresses de déco scandinave car finalement, c'est bien pour la déco que ces pays sont connus. Et des boutiques de déco, il y en a à tous les coins de rue. C'est beau, joli, épuré, minimaliste, cosy. On a envie de tout acheter pour tout reproduire chez soi et avoir cet univers scandinve où il fait si bon se lover.

Ting | https://www.ting.no/


Ting est ma boutique coup de coeur ! C'est simple, je dois l'avoir visité à chaque fois qu'elle s'est trouvée sur mon chemin ou à chaque fois que j'ai fait en sorte qu'elle se trouve en mon chemin. Mais je n'ai rien acheté, même pas un carnet tellement j'ai trouvé les prix hors (mon) budget.








Småting | https://www.smaating.no/






Smating est  la version enfant et bébé de Ting. On y trouve toutes les marques enfants branchées du moment: Ferm Living, Bloomingville, Luckyboysunday, Wonderworld etc. Cette fois, c'est Mademoiselle qui voulait tout acheter (et moi aussi je l'avoue). Mais à l'image de Ting, les prix sont vraiment chers. On s'est donc contenté de prendre des photos.




Åhléns | https://www.ahlens.se/


Si vous êtes en Norvège ou en Suède, il faut vraiment ne pas rater Ahlsen. C'est une boutique généraliste à prix abordables. On y trouve des articles de cuisine  - j'ai fait le plein de jolis torchons de cuisine (mon pêché mignon) - des articles de bain, de la déco, des paniers, de la vaisselle mais aussi des habits pour grands et petits. J'ai d'ailleurs acheté pas mal d'habits pour Mademoiselle car les motifs étaient vraiment jolis (robe d'été motif pasthèque, legging têtes de chats ...).

Illums Bolighus | http://www.illumsbolighus.com/

Illum Bolighus est une chaîne de magasin danois, qu'on trouve aussi en Suède et en Norvège. Quand on rentre dans une de leurs boutiques, on a l'impression d'ouvrir un magazine de déco scandinave. On peut y rester facilement des heures à flâner, rêver, s'inspirer et souhaiter secrétement de gagner au loto (le jour où on y jouera). Tous les créateurs populaires sont présents et la sélection d'articles est présentée dans des boutiques assez vastes, parfois sur plusieurs étages.


Iris Hantverk | http://www.irishantverk.se/en/stores


Iris Hantverk est une boutique découverte à Stockholm. Une rapide recherche sur le net confirme qu'il n'y a effectivement que deux adresses en tout et pour tout - les deux à Stockholm. L'histoire de la marque est très inspirante: elle emploie des artistans mal voyants pour fabriquer des brosses 100% fait-main, et ce depuis les années 1900.

J'ai beaucoup aimé cette boutique avec une sélection très douce et cosy, simple et fonctionelle, aux prix un peu plus abordables que ceux trouvés à Oslo ou Bergen. J'y ai d'ailleurs finalement trouvé  ce que j'ai longtemps cherché sans devoir vendre un rein ou deux.






Søstrene Grene | - http://sostrenegrene.com/




Sostrene Grene, ou les soeurs Grene, une autre marque danoise, est la meilleure découverte de ce voyage. Une boutique avec plein de petites choses utiles et futiles à tout petit prix ! Oui, ça existe, même en Norvège. Si vous aimez Hema et ses petits prix, vous adorerez Sostrene Grene. J'y ai déniché un gros panier à linge comme je cherchais depuis des lustres, des maisons-bougeoires, des cahiers et carnets so cute, une planche à découper sous forme de maison ... bref, je me suis lâchée et seule la limite de bagage m'a arrêté ! Et vous savez quoi, j'ai découvert qu'il y a même 3 boutiques à Paris. Je dis ça, je dis rien ...






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 
Design by Small Bird Studios | All Rights Reserved